• Home
  • Blog
  • Maudit d’une malédiction ou béni de beauté – Lokrum
La Mer Morte Lokrum
InBlog

Maudit d’une malédiction ou béni de beauté – Lokrum

À seulement 700 mètres en bateau de Dubrovnik se trouve l’île – Lokrum. D’une superficie d’environ 72 ha, Lokrum est l’une des plus petites iles de la côte sud de la Croatie.

Le paysage méditerranéen à feuilles persistantes avec le plus haut sommet de 96 m a toujours attiré une attention particulière. La distance de 700 m de Dubrovnik ne l’isolait pas dans une solitude inaccessible, ni ne lui permettait d’être capturée par l’urbanisation. En tant qu’île, elle protégeait le port de la ville et les navires des vents destructeurs de la mer et constituait un avant-poste défensif. L’origine du nom vient du mot latin acrumen, “agrumes”, qui est un nom collectif pour les fruits amers et les oranges.

À grâce de sa flore extrêmement riche, l’ile est protégée en tant que réserve spéciale de végétation forestière depuis 1963 et est sous la stricte protection de l’UNESCO.

Comment visiter Lokrum?

L’île est ouverte aux visiteurs 7 mois par an. Pendant l’hiver, seuls les rangers et les paons peuvent profiter des beautés de Lokrum. De début d’avril au début de novembre (selon les conditions météorologiques et quelques jours de plus), les navires Zrinski et Skala transportent de nombreux visiteurs dans la réserve naturelle. Les bateaux partent toutes les demi-heures et le trajet dure jusqu’à 15 minutes. C’est important de mentiner que la réserve est fermée aux visiteurs pendant la nuit.

Les plages naturelles

En sortant du vieux port de la ville on continue vers le port de Portoč, vous pourrez profiter de la vue sur les magnifiques remparts de Dubrovnik, le brise-lames de Kaše, l’une des plus anciennes quarantaines au monde Lazareti, Villa Seherezada et de nombreuses criques cachées.

Les bateaux Skala et Zrinski, le lien entre la cote et l’ile de Lokrum

À votre arrivée sur l’île de Lokrum, le bateau s’arrête dans le port de Portoč et tous les avantages de cette belle île s’ouvrent devant vous. Les rangers qui s’occupent de l’île vous accueilleront. Vous pouvez obtenir toutes les informations sur l’île dans le bureau situé juste à l’arrivée la.

La maison du garde-forestier ou  Lugareva kuća a été construite sous l’administration des Habsbourg. Malgré de graves dommages lors de la guerre de 1991, les armoiries en pierre du Mexique sont toujours visibles sur la façade: Maximilien est l’empereur du Mexique.

À moins de 2 minutes à pied du port vous atteignez le carrefour qui mène aux nombreux sites touristiques de l’île.

Si vous tournez à gauche, vous arriverez à la plage nudiste le long d’un chemin forestier. Et pas seulement cette plage mais une multitude de rochers qui offrent la possibilité de se reposer, l’accès facile à la mer et l’intimité totale.

Les petites plages cachées se trouvent partout

Le chemin vers le Fort Royal

Si vous tournez à droite, un chemin apparaîtra devant vous, menant au Fort Royal, la forteresse construite pendant l’occupation française de la ville de Dubrovnik.

Le chemin vers le Fort Royal

Avec de nombreuses criques cachées, vous pouvez également descendre dans une petite crique où est placée la croix du Triton. Érigé en l’honneur des marins morts du navire de guerre autrichien “Triton”. En 1859, il fit venir Maximilien de Habsbourg, futur propriétaire de Lokrum, à Dubrovnik.

LAZARET – LA QUARANTAINE

La République de Dubrovnik était connue pour être la première au monde à introduire la quarantaine dans la deuxième moitié du XIVe siècle. Alors que l’Europe était en proie à la peste bubonique et que la plupart des ports de la Méditerranée étaient  fermés la République a décidée d’installer  la quarantaine et les lois de la sécurité. La première quarantaine a été établie sur l’îlot de Bobara en 1377, et deux siècles plus tard, celle-ci a été construite sur Lokrum.

LA PANDEMIE DE LA PESTE BUBONIQUE

Le complexe Lazaret a été construit entre 1534 et 1557 sur ordre du Sénat de la République de Dubrovnik, afin de se protéger contre les maladies infectieuses. Le plan carré du Lazaret est délimité par une double paroi. La porte d’entrée principale (maintenant murée) se trouve sur le mur nord et au-dessus se trouve une inscription sur la construction qui date de 1557 .  À l’intérieur, il y a des paires d’habitations pour les marchands, les marins et les voyageurs. L’infirmerie n’a jamais été achevée, la République ayant abandonné la construction à la fin du XVIe siècle pour des raisons stratégiques. À savoir, le Lazaret solidement construit pourrait servir de bastion, de sorte que les habitants de Dubrovnik ont ​​commencé à construire une nouvelle quarantaine à  la porte de Ploče, près de la ville. En 1647, une partie du Lazaret est démolie sur ordre du Sénat et les murs de la ville sont fortifiés avec ses pierres.

PETIT RÉSERVOIR D’EAU

Nous continuons notre promenade vers le Petit Réservoir.

Il a très probablement été construit vers 1830 dans le but de moderniser le fort royal, puis a servi à l’occasion de la plantation de jardins et de parcs par Maximilian.

FORT ROYAL

La construction de la forteresse sur le plus haut sommet de Lokrum a été commencée par l’armée française après la prise de Dubrovnik en 1806 et a été achevée pour l’administration autrichienne vers 1835.

Après la chute de la République de Dubrovnik, la construction a été lancée par les Français et, en 1806, le général Alexander Lauriston a placé une batterie d’artillerie dans une position stratégiquement importante à partir de laquelle les eaux autour de Dubrovnik et l’accès au port de la ville pouvaient être facilement contrôlés. En raison des actions militaires constantes des Russes et des Monténégrins à cette époque dans le but de capturer deux points de défense stratégiques – Srđ et Lokrum – afin de forcer les Français à quitter Dubrovnik, Napoléon a ordonné la construction d’une forteresse sur Lokrum. Les travaux déjà commencés s’intensifient dans la seconde moitié de 1806 et s’achèvent en 1808. La forteresse a été nommée Fort Royal, du nom du beau-fils de Napoléon, le vice-roi d’Italie Eugène Beauhamais.

Le Fort Royal construit au sommet plus élevé d’ile, 96 m d’altitude

LA VOIE DU PARADIS

Construit sous le règne de Maximilien de Habsbourg. Une promenade menant de l’oliveraie vers Fort Royal.

Le chemin entre le Fort Royal et l’olivier

OLIVIER

Grâce au climat méditerranéen typique de cette région, une variété de plantes se développe. Comme dans toute la Méditerranée, les oliviers y prédominent également. Dans les temps anciens, les gens ont découvert tous ses avantages et propriétés curatives. C’est à cause de tous ces avantages que les bénédictins se sont tournés vers la plantation d’olives. Des arbres de plus de 300 ans peuvent également être trouvés dans cette oliveraie.

Non seulement les olives, mais aussi diverses autres plantes ont prospéré à Lokrum. Juste à côté de l’oliveraie se trouve le jardin botanique. Le jardin été fondée en 1959 pour rechercher l’adaptation des plantes étrangères au climat de Lokrum. Après les dégâts de la guerre de 1991, le jardin a été restauré et aujourd’hui il cultive environ 800 espèces de plantes exotiques.

JARDIN BOTANIQUE

La diversité de la flore et le caractère unique du climat du petit Lokrum ont été observés depuis l’Antiquité, mais l’idée de créer une institution d’acclimatation spéciale qui étudierait l’adaptation d’espèces végétales étrangères survient au début du XXe siècle.

Le plan a commencé à être réalisé en 1959, lorsque le jardin botanique a été établi sur une superficie d’environ 2 ha – un ancien monastère négligé avec des jardins potagers – et les premières plantes exotiques ont commencé à être plantées.

Aujourd’hui, environ quatre cents espèces d’Australie, d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’autres parties du monde y poussent, ainsi que des espèces rares, protégées et en voie de disparition de la région de Dubrovnik.

Les plants exotiques du jardin botanique

MAXIMILIEN DE HABSBOURG

Une période particulière dans l’aménagement de l’île s’est produite après son achat en 1859 par Maximilien de Habsbourg. Ce fut le début d’une nouvelle histoire du jardin et de l’aménagement paysager de Lokrum; depuis, toute l’île est progressivement devenue un parc.

Lorsque le bâtiment historiciste du château de Maximilien a été érigé à côté du monastère gothique-Renaissance, la conception et l’aménagement des jardins le long de la route d’accès et devant le château (ou monastère) et la construction et la plantation de terrasses de jardin dans le château ont commencé. Les terrasses, avec le jardin du cloître redécoré, formaient un jardin intérieur intime ouvert uniquement sur le grand large.

Le jardin

COMPLEXE DU MONASTÈRE BÉNÉDICTIN

L’île de Lokrum a été mentionnée pour la première fois en 1023 comme le site de la fondation d’une abbaye bénédictine et d’un monastère.

Il existe plusieurs légendes liées à Lokrum. Selon une légende, Richard Ier du Cœur du Léon a trouvé le salut d’un naufrage sur Lokrum, revenant en 1192 d’une croisade de Palestine. Le vœu que, s’il était sauvé, il bâtirait une église sur le site du salut a été partiellement accompli. Il s’est échappé en débarquant sur Lokrum, mais à la demande des habitants de Dubrovnik, il a accepté que l’église soit construite dans la ville même.

Les ruines du monastère bénédictin

LE PROMIS EST LE PROMIS

Selon une autre légende, l’incendie qui a ravagé Dubrovnik au 11ème siècle est également mentionné. Terrifiés par l’incendie, les habitants religieux de Dubrovnik ont ​​juré à Saint-Benoît de construire un monastère à Lokrum si l’incendie était éteint. Le feu s’étant éteint le lendemain, les habitants de Dubrovnik ont ​​décidé de tenir leur serment. Le monastère bénédictin a été construit sur Lokrum et les bénédictins sont mentionnés pour la première fois en 1023 dans la République de Dubrovnik. Les bénédictins qui possédaient toute l’île ont fait de Lokrum un paradis sur terre. À l’arrivée de l’armée française à Dubrovnik, le maréchal Marmont décida de construire le fort royal sur Lokrum, une forte forteresse défensive. Lorsque l’armée est arrivée sur l’île, les bénédictins ont dû quitter l’île.

Selon la légende, les bénédictins ont célébré la dernière messe avant de partir. Puis ils ont tiré les cagoules sur leurs yeux, allumé des bougies, les ont retournées et ont fait le tour de l’île trois fois en procession en marmonnant : “Maudit soit tous ceux qui obtiennent Lokrum pour leur plaisir personnel.” Selon la croyance populaire, la malédiction ne peut être levée que si toute la cire tombée dans la mer cette nuit-là est collectée.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’île appartenait à la dynastie des Habsbourg et à la famille princière des Windischgrätz, et de nombreux membres de cette dynastie ont subi un mauvais sort. Selon la légende, chaque propriétaire de l’île mourra d’une mort tragique ou non résolue. Même la mort du dernier propriétaire de l’île, qui a vendu l’île au gouvernement yougoslave pour 500 000 dollars, reste un mystère.

MER MORTE

Sur le côté sud de l’île se trouve un lac salé appelé la mer Morte, relié par un canal souterrain à la mer ouverte. Le lieu de baignade idéal pour les nageurs et les non-nageurs, petits et grands.

La Mer Morte

LES ROCHERS

A la partie exterieur, ouvert vers le Mer Adriatique est la partie puls ensoleille d’ile. Le meilleur endroit pour vraiment bronzer. Il n’y a pas d’ombre, que les rochers et l’opportunité de prendre les photos magnifiques.

Les Rochers

N’oubliez pas que le dernier bateau sort a 20:00 et pendant la nuit nous sommes les rois d’ile !

Odgovori